Voyages d'Andersen : Hambourg


Au printemps 1831, Hans Christian Andersen arrive à Hambourg. Il écrit : « J’éprouvai vraiment un profond respect pour cette vieille ville, qui a conservé ses rues étroites et son fourmillement humain. […] La « Jungferstieg » grouille de promeneurs ; elle est, sur toute sa longueur, bordée d’hôtels dont les portes sont agrémentées de garçons de café, de garçons de café en chef et de chefs de garçons de café en chef. […] Ici, ainsi qu’autour du pavillon dit « de l’Alster » sont assis des groupes de gens qui avalent journaux et chocolats. Berlin ne possède aucune rue semblable à celle-ci. A leur « Unter den Linden » il manque d’avoir une vue sur l’eau or celle-ci est et sera toujours une condition sine qua non de la beauté d’une ville. »
Onze ans plus tard, un gigantesque incendie détruit en partie le Hambourg évoqué par Andersen. En 1943, un terrible bombardement au napalm détruit la ville et laisse 40 000 morts. De nos jours, les canaux et l’Alster sont toujours là, les rues étroites ont disparu. Dommage. Andersen a-t-il vu le long de ce canal ces quelques maisons rescapées ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Minsk

Pripiat, le parc d'attraction (5)

Pripiat, la piscine (7)